Un chroniqueur mexicain a suggéré qu’un gouverneur était corrompu. Un tribunal lui a infligé une amende d’un demi-million de dollars.


MEXICO CITY – Au début, il semblait qu’un autre politicien sale avait été attrapé.

© AFP / AFP via Getty Images
Les militants mexicains Sergio Aguayo, à droite, et Javier Sicilia, à gauche, remettent des documents signés par plus de 54000 citoyens soutenant l’interdiction d’importer des armes au Mexique au responsable américain Michael Glover, au centre, à Mexico en 2014.

Humberto Moreira, un ancien gouverneur mexicain, a été arrêté en 2016 alors qu’il s’apprêtait à monter à bord d’un avion à Madrid. Les allégations – y compris le blanchiment d’argent – étaient une grande nouvelle chez nous. Mais ce n’était guère un choc. L’administration de Moreira a été accusée de corruption liée à la violence dans le cartel de la drogue et à la multiplication par cent de la dette publique pendant son mandat de 2006 à 2011.

Erreur de chargement

“Moreira est un politicien qui dégage une odeur de corruption”, a écrit Sergio Aguayo, l’un des universitaires mexicains les plus connus, dans une chronique publiée par le journal national Reforma cinq jours après l’arrestation.

Abonnez-vous à la newsletter Post Most: les histoires les plus populaires du jour sur le Washington Post

Aujourd’hui, Aguayo est celui qui fait face à une action en justice: une amende de 530 000 $ pour avoir calomnié l’ancien gouverneur, qui a été libéré d’une prison espagnole pour manque de preuves.

L’affaire a provoqué un tollé au Mexique au sujet de la liberté d’expression et du silence de ceux qui critiquent les puissants.

Les défenseurs de la liberté de la presse craignent que cette jeune démocratie ne recule. Un projet de nouveau plan de réforme judiciaire attendu obtenu par les journalistes ce mois-ci comprenait une proposition qui ferait de la diffamation une infraction pénale.

Le cas d’Aguayo a cristallisé les implications potentielles d’une telle mesure. Bien qu’elle ait été dénoncée par la mairesse de Mexico, Claudia Sheinbaum, entre autres, elle a fait froid dans les salles de rédaction et les rédactions.

La phrase «crée un dangereux précédent au Mexique, où les journalistes sont de plus en plus pris pour cible par des politiciens puissants dans des poursuites de plusieurs millions de pesos visant à faire taire les voix critiques», a déclaré Jan-Albert Hootsen, représentant mexicain du Comité pour la protection des journalistes.

© EL UNIVERSAL / EL UNIVERSAL
Humberto Moreira a dirigé le Parti révolutionnaire institutionnel du Mexique ou PRI, pour ses initiales en espagnol, pendant plusieurs mois en 2011.

Le président Andrés Manuel López Obrador a été confronté mercredi lors de sa conférence de presse quotidienne par Denise Dresser, politologue et chroniqueuse à Reforma. Elle a demandé si le président promettrait de ne pas soutenir une nouvelle loi criminalisant la diffamation.

Il a accepté, en disant: «Nous nous sommes engagés à garantir la liberté d’expression, l’échange d’idées, le droit à la dissidence.» López Obrador, un nationaliste de gauche, a souvent été critiqué lui-même pour avoir dénoncé des journalistes qui publient des informations qu’il n’aime pas.

Le mandat de Moreira en tant que gouverneur a été marqué par une violence horrible, le cartel de la drogue de Zetas ayant commis certains des pires massacres du Mexique ces dernières années.

Dans trois procès distincts de membres de Zetas menés par la suite devant les tribunaux fédéraux américains, «plusieurs témoins ont décrit des versements de corruption de plusieurs millions de dollars à Humberto Moreira» et son frère Ruben, qui lui a succédé comme gouverneur, «en échange d’un contrôle total de l’État, »Ont rapporté des chercheurs de la faculté de droit de l’Université du Texas en 2017. Les allégations ont également été incluses dans des rapports de groupes mexicains de défense des droits humains.

Moreira et son frère ont nié ces informations et tout lien avec les Zetas. Humberto Moreira a déclaré que les comptes étaient suspects parce qu’ils provenaient de trafiquants de drogue cherchant à réduire leurs peines américaines. Il n’y a pas eu de réponse jeudi au bureau de l’avocat de Moreira, Ulrich Richter.

Après avoir quitté le poste de gouverneur, Moreira a servi pendant plusieurs mois à la tête du Parti révolutionnaire institutionnel mexicain de longue date. Il a démissionné en décembre 2011 au milieu des révélations selon lesquelles la dette de son État avait grimpé à 2,5 milliards de dollars sous son règne.

Aguayo, militante des droits de l’homme et professeur au prestigieux Colegio de Mexico, a publié un livre en mars 2016 documentant les abus commis par les Zetas pendant le mandat de Moreira.

“Je pense que c’était le motif” du procès, a déclaré Aguayo au Washington Post jeudi, notant qu’il n’avait été déposé que cinq mois après la publication de sa chronique. Le professeur, maintenant à la retraite et vivant avec un revenu d’environ 30 000 $ par an, a continué d’enquêter sur les violences de cette époque.

En mars dernier, un tribunal a déclaré Aguayo non coupable d’avoir causé des «dommages moraux» à Moreira. Puis, en octobre, un autre juge de Mexico a annulé la décision. Le professeur a fait appel. Mais cette semaine, le tribunal lui a ordonné de remettre une garantie d’environ 24 000 $ pour l’amende d’un demi-million de dollars – ou de faire face à la saisie de son domicile. Aguayo s’exécuta.

Son équipe juridique a accusé le juge principal de l’affaire d’avoir un conflit d’intérêts: ils disent que le frère du magistrat a obtenu une licence lucrative pour ouvrir une entreprise notariale par Ruben Moreira.

“Je suis tombé entre les mains de juges qui ont agi de manière partiale contre moi”, a déclaré Aguayo. “Je ne sais pas si cela est dû à la corruption, à des faveurs ou à d’autres motifs.”

Dans le dernier rebondissement de la saga juridique, la Cour suprême du Mexique a indiqué mercredi qu’elle pourrait prendre le contrôle de l’affaire. Les législateurs du congrès de Mexico ont également appelé à une enquête sur les juges impliqués dans l’affaire.

mary.sheridan@washpost.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*