Une entreprise australienne de cybersécurité a déverrouillé un iPhone pour le FBI après la fusillade de San Bernardino en 2015, selon un rapport

carrousel-moyen-iphone5c.jpg

L’iPhone 5C était au centre d’une bataille entre le FBI et Apple.

Pomme

Le FBI a pu déverrouiller un iPhone utilisé par l’un des tireurs de San Bernardino en 2015 grâce à l’aide d’une société australienne de cybersécurité, selon un nouveau rapport. Azimuth Security, une petite société infosec basée à Sydney, a proposé la solution de piratage pour le FBI, a rapporté mercredi le Washington Post, citant des sources anonymes.

Il a fallu deux pirates Azimuth pour pénétrer dans l’iPhone, selon le rapport.

Le FBI a révélé en mars 2016 qu’avec l’aide d’un tiers, il capable d’accéder aux données de l’iPhone 5C utilisé par l’un des deux tireurs de San Bernardino. Apple avait refusé d’écrire un logiciel permettant de déverrouiller le téléphone, faisant valoir qu’un tel logiciel affaiblirait le cryptage pour tous les autres utilisateurs d’iPhone.

le Le FBI a dépensé plus de 1,3 million de dollars pour pirater cet iPhone, a déclaré l’ancien directeur du bureau James Comey en avril 2016.

Trois agences de presse ont poursuivi le bureau fin 2016 pour des informations sur comment le FBI a piraté l’iPhone, l’agence ayant publié 100 pages de documents fortement rédigés en janvier 2017 en réponse. Ces documents censuraient qui le FBI avait embauché pour entrer par effraction dans le téléphone.

L’année dernière, le FBI a de nouveau critiqué Apple et a déclaré que la société avait ralenti une enquête sur la sécurité nationale en refuser d’aider à déverrouiller deux iPhones utilisés par un tireur lors d’une attaque le 6 décembre 2019 à la base aérienne navale de Pensacola en Floride, qui a fait trois morts.

Apple, Azimuth et le FBI n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*