AFM & SAG-AFTRA Intellectual Property Rights Fund distribuant un record de 70 millions de dollars en redevances – Crumpe


Quelque 50 000 musiciens de session et chanteurs de fond partageront plus de 70 millions de dollars de redevances perçues par le Fonds de distribution des droits de propriété intellectuelle AFM & SAG-AFTRA – la plus grande distribution de l’histoire du fonds. Le paiement moyen est d’environ 1 500 $, mais certains artistes reçoivent bien au-dessus de ce montant. Les chèques ont commencé à sortir le 30 avril.

L’organisme à but non lucratif recueille et distribue des redevances aux artistes non représentés sur les enregistrements sonores de chansons diffusées à la radio par satellite, en streaming non interactif et dans d’autres formats numériques au pays et à l’étranger. Au fur et à mesure que les plates-formes numériques se sont développées, les collections et les distributions du fonds ont augmenté. Depuis sa création en 2008, le fonds a distribué plus de 500 millions de dollars aux participants et à leurs bénéficiaires. Il a distribué plus de 62 millions de dollars l’an dernier et 60 millions de dollars en 2019.

Musicians United For Social Equity annonce des bourses BIPOC pour les carrières théâtrales

«Chaque année, nous avons pu collecter plus de revenus au nom de nos participants», a déclaré Sidney Kibodeaux White, directeur de l’exploitation du fonds. «Compte tenu de l’énorme impact que la pandémie a eu sur la capacité de gagner sa vie à la fois des instrumentistes et des chanteurs, nous sommes ravis de pouvoir aider les artistes non représentés en collectant et en distribuant des redevances qu’ils ne savent peut-être pas qu’ils ont droit à recevoir. . Contrairement à d’autres collectifs de droits, il n’y a aucune condition d’adhésion ou d’inscription pour se qualifier – tant qu’un musicien participe en tant qu’artiste non vedette à un enregistrement sonore couvert, ce musicien est considéré comme un «participant» à des fins de distribution. »

White a également encouragé ceux qui pensent qu’on leur doit de l’argent à visiter le site Web du fonds pour plus d’informations.

«Bien que l’industrie de la musique se remette lentement de la pandémie de Covid-19, ses répercussions seront ressenties pendant des années à venir», a déclaré le fonds dans un communiqué. «Alors que les artistes recherchent d’autres sources de revenus face à l’incertitude économique, le fonds offre aux musiciens et chanteurs de session syndiqués et non syndiqués un sentiment de soulagement.

Le chanteur Kudisan Kai a déclaré: «En tant qu’artiste, j’ai eu la chance de travailler avec Elton John, Mary J. Blige, Joe Cocker et bien d’autres. Je chante également dans des films, des émissions de télévision et des publicités, alors quand j’ai commencé à recevoir des redevances d’une organisation portant ce nom long et drôle, j’ai été agréablement surpris.

L’artiste lauréat d’un Grammy, Alvin Chea, du groupe a cappella Take 6: «Si vous avez travaillé comme chanteur ou musicien, le Fonds AFM & SAG-AFTRA peut avoir des fonds pour vous. Je sais que j’ai travaillé sur beaucoup de grands projets avec des artistes comme Michael Jackson, Whitney Houston et Elton John, ainsi que sur des projets plus petits – et ils les trouvent tous. Ils m’ont béni et m’ont réservé de nombreuses surprises agréables dans ma boîte aux lettres.

Bien qu’initialement formé par la Fédération américaine des musiciens et la Fédération américaine des artistes de la télévision et de la radio, le fonds est une entité indépendante dont le but est de collecter et de distribuer des redevances de divers territoires étrangers et des redevances établies par une loi gouvernementale en vertu de la loi américaine sur le droit d’auteur. La loi américaine sur le droit d’auteur, qui couvrait à l’origine les droits d’exécution uniquement pour les éditeurs et les auteurs, a subi des changements importants dans les années 90. Les plus importants d’entre eux étaient la loi sur l’enregistrement audio à domicile de 1992, la loi sur le droit d’exécution numérique sur les enregistrements sonores de 1995 et la loi sur le droit d’auteur numérique pour le millénaire de 1998. Ces lois ont modifié la loi originale sur le droit d’auteur afin de prévoir des redevances d’exécution dans les médias numériques services, diffusion sur le Web, enregistrement à domicile) aux titulaires de droits d’auteur, aux artistes interprètes ou exécutants non représentés, tels que les musiciens de session et les chanteurs.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*