Des dizaines de milliers de fonctionnaires sont confrontés à des retards dans l’accès à l’allégement des prêts étudiants – en raison d’un simple oubli


En 2007, le gouvernement a promis aux enseignants, aux travailleurs sociaux et aux pompiers que s’ils travaillaient dans la fonction publique et payaient leurs prêts étudiants pendant 10 ans, le solde restant serait annulé.

De nouvelles données du ministère de l’Éducation indiquent que des dizaines de milliers de fonctionnaires ont effectué des paiements sur leur dette qui ne comptaient pas pour leur admissibilité à la remise. En d’autres termes, ils travailleront dans la fonction publique et rembourseront leurs prêts pendant plus de 10 ans avant de bénéficier d’un allégement.

Les données sont la dernière indication des défis auxquels les fonctionnaires ont été confrontés pour accéder à la remise de prêt à laquelle ils ont droit dans le cadre du programme de remise de prêt de la fonction publique. Les chiffres surviennent alors que l’administration Biden fait face à des pressions de la part des défenseurs pour revoir et réformer le PSLF et annuler immédiatement la dette fédérale des emprunteurs qui travaillent comme fonctionnaires et effectuent des remboursements sur leurs prêts depuis au moins 10 ans.


Les avocats et les responsables du Consumer Financial Protection Bureau avaient averti depuis des années que le premier groupe d’emprunteurs serait éligible à un allégement, qu’ils auraient des difficultés à y accéder.

Suite à la publication des données lundi, Seth Frotman, le directeur exécutif du Student Borrower Protection Center a réitéré cette demande, affirmant que les données « confirment que l’approche d’attente continue du ministère de l’Éducation envers le PSLF a échoué. Le secrétaire Cardona doit immédiatement annuler la dette de tous les employés de la fonction publique avec une décennie de service. »

Richard Cordray, directeur de l’exploitation de Federal Student Aid, a indiqué dans un communiqué accompagnant les données que l’agence examinait les informations dans le but de garantir aux emprunteurs l’accès à l’allégement auquel ils ont droit. Alors que l’agence a apporté des améliorations au PSLF, le rapport souligne “la nécessité de travailler davantage pour tenir la promesse initiale que le Congrès a faite aux policiers, aux pompiers, aux enseignants et à bien d’autres”, a déclaré Cordray dans le communiqué.

Les avocats et les responsables du Consumer Financial Protection Bureau avaient averti depuis des années que le premier groupe d’emprunteurs serait éligible à un allégement, qu’ils auraient des difficultés à y accéder.

Taux de refus de 99%

La première année où les emprunteurs pouvaient demander à bénéficier d’un allégement dans le cadre du programme, le Ministère a reçu des demandes d’environ 28 000 emprunteurs et seulement 96 ont vu leurs prêts annulés, un taux de refus d’environ 99 %. Les cohortes ultérieures n’ont pas fait beaucoup mieux. Même les fonctionnaires par excellence ont lutté; en janvier 2020, seuls 124 membres de l’armée avaient vu leurs prêts annulés dans le cadre du programme, a rapporté un chien de garde du gouvernement plus tôt cette année.

Les données publiées lundi indiquent que 3 682 emprunteurs se sont qualifiés pour une remise sur la base des demandes examinées par l’agence entre novembre et avril. En outre, 99,7 % des 168 000 demandes traitées par le Ministère au cours de cette période proviennent d’emprunteurs occupant un emploi de service public admissible et disposant du bon type de prêt pour les mettre sur la voie de l’allègement.

Il est difficile de faire une comparaison exacte avec les années précédentes de la part des emprunteurs qui ont demandé une remise en croyant qu’ils étaient admissibles et ont été refusés, car le Ministère a rationalisé le processus de demande.

Auparavant, l’agence exigeait des emprunteurs qu’ils remplissent un formulaire de demande lorsqu’ils voulaient demander une remise. En novembre, le Ministère a combiné cette demande avec le formulaire que les emprunteurs remplissent dans les années précédant le moment où ils prévoient de demander un allégement. Ce formulaire de certification d’emploi permet aux emprunteurs de savoir s’ils sont sur la bonne voie pour obtenir un allégement et combien de paiements il leur reste.

L’idée derrière la combinaison des formulaires était de faciliter la navigation du PSLF pour les emprunteurs en rationalisant les formulaires qu’ils devaient remplir tout au long du processus. Entre novembre et avril, le Ministère a reçu 391 000 de ces formulaires, dont il a traité plus de 168 000.

Prêts annulés

Le rapport de lundi fournit également plus de détails sur les raisons pour lesquelles les emprunteurs ne reçoivent pas d’allégement dans le cadre du programme. L’un des objectifs d’approfondir les données est d’avoir une idée des défis auxquels les emprunteurs sont confrontés afin que l’agence puisse évaluer ses options pour les relever.

Bien que la promesse du PSLF semble relativement simple – travailler dans la fonction publique et rembourser vos prêts étudiants fédéraux pendant 10 ans et faire radier le solde restant – les emprunteurs ont eu du mal à naviguer dans les exigences du programme, qui sont en fait complexes.

Au total, seuls 5 500 emprunteurs ont vu leurs prêts annulés dans le cadre du programme jusqu’à présent, selon le ministère, malgré des millions d’Américains travaillant dans la fonction publique. « Au fil des ans, le PSLF a engendré beaucoup de confusion et de frustration », note le gouvernement dans son rapport.

Afin de pouvoir prétendre au pardon, les emprunteurs doivent occuper un emploi éligible (les postes gouvernementaux et de nombreux types de travail à but non lucratif comptent); effectuer 120 paiements mensuels à temps ; être dans le bon plan de remboursement (les plans de remboursement axés sur le revenu sont les seuls plans qui sont à la fois éligibles et fourniraient aux emprunteurs un allègement dans le cadre du PSLF) ; et avoir le bon type de prêt.

Cette dernière exigence semble toujours empêcher les emprunteurs de recevoir un allégement, indiquent les données publiées lundi. Seuls les prêts directs sont admissibles au PSLF, mais jusqu’en 2010, la majeure partie des emprunteurs fédéraux de prêts étudiants ont reçu des prêts fédéraux pour l’éducation familiale, qui ne sont pas éligibles. Les emprunteurs peuvent consolider leurs prêts FFEL en prêts directs, mais tous les paiements effectués par les emprunteurs sur leurs prêts FFEL ne comptent pas dans les 120 nécessaires pour accéder à la remise.

Selon les données publiées lundi, environ 82% des emprunteurs qui occupent un emploi éligible et qui ont le bon type de prêt pour être éligible au PSLF remboursent leurs prêts depuis moins de 120 mois. Sur ces 82 %, environ la moitié ont consolidé leurs prêts et n’ont donc pas obtenu de crédit sur les 120 mois pour travailler dans la fonction publique et rembourser leurs prêts avant la consolidation.

Une des raisons potentielles du défi. Les emprunteurs ne reçoivent pas suffisamment ou les bonnes informations de leur agent de service pour savoir qu’ils doivent consolider, ce qui les retarde potentiellement pendant des années dans le processus de qualification pour le pardon.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*