L’homme de Long Island Larry Wallach a gardé la paresse et le wallaby dans des conditions dangereuses à la maison


Un homme de Long Island a été cité par le ministère de l’Agriculture des États-Unis pour avoir gardé un paresseux et un wallaby dans le sien dans des conditions dangereuses et insatisfaisantes dans sa maison d’East Rockaway.

Lorsque les responsables de l’USDA ont inspecté la maison de Larry Wallach, ils ont trouvé un paresseux vivant dans un enclos dans son garage entouré d’objets empilés et de vélos suspendus au plafond, selon la citation.

Les responsables ont noté les conditions dangereuses des conditions de vie du paresseux qui pourraient potentiellement blesser la créature, comme des fils dénudés.

Les responsables ont déclaré que le wallaby était mal logé à l’intérieur dans un enclos de seulement 39 pouces de haut d’un côté, d’où l’animal sauteur pouvait facilement s’échapper.

Des agents ont visité le domicile de Wallach en 2017 à la suite d’informations faisant état de Wallaby, qu’il est illégal de garder comme animaux de compagnie en vertu de la loi du comté de Nassau. Alors que les petits marsupiaux – étroitement liés à leurs cousins ​​australiens le kangourou – semblent mignons et câlins, ils sont connus pour être dangereux.

En mai, l’USDA a cité Wallach après qu’il a publié une vidéo sur Facebook avec un bébé tigre qui avait été blessé brutalement avec le chien de compagnie de Wallach, se fracturant le pied gauche.

Le paresseux de Wallach a été retrouvé dans son garage.
Facebook

Une inspection de l’agence a également révélé des conditions de vie inférieures aux normes pour le petit, qui vivait dans une cage avec un plancher pourri et pourrait éventuellement échapper aux clôtures de 8 pieds dans la cour de Wallach.

“La manipulation de tous les animaux doit être effectuée d’une manière qui ne provoque pas de traumatisme, de stress comportemental ou d’inconfort inutile”, a déclaré l’agence.

PETA a demandé à plusieurs reprises à l’USDA de révoquer toutes les licences de gestion d’animaux de Wallach.

“Où que Larry Wallach aille, le potentiel de catastrophe suit”, a déclaré à Patch la directrice associée de la Fondation PETA pour l’application de la loi sur les animaux en captivité, Michelle Sinnott.

“PETA appelle le public à rester à l’écart de Wallach et exhorte les autorités à révoquer sa licence avant que son imprudence ne blesse quelqu’un.”

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*